Skip to main content

Cotiser pour votre conjoint

Au régime complémentaire, vous pouvez choisir de souscrire à la cotisation facultative de conjoint, qui améliore sensiblement la réversion de la retraite complémentaire.

Cotiser pour votre conjoint pour augmenter sa réversion

Cette option fait passer la réversion de 60 à 100 % des points de chacune des années pour laquelle elle a été versée, garantissant ainsi une pension maximale au conjoint. Avec un taux de 60 % (depuis 2009 – 50 % avant) et sans conditions de ressources, le régime complémentaire de la Cavec en matière de réversion est déjà plus favorable que le régime de retraite de base, qui se limite à un taux de 54 % et est assortie d’un plafond de ressources. Le paiement de cette cotisation doit être effectué avant le 15 septembre de l’année en cours.

Le montant de la cotisation facultative de conjoint

La cotisation facultative de conjoint est fonction de la classe de cotisation du professionnel libéral :

Comment en faire la demande ?

Si vous souhaitez opter pour la cotisation facultative de conjoint, vous devez faire une demande sur votre compte Ma Cavec en ligne, en joignant une copie de votre livret de famille. Cette option sera reconduite chaque année mais vous pouvez à tout moment y renoncer.

Comment payer la cotisation facultative de conjoint ?

Vous réglez la cotisation facultative de conjoint au même moment que vos cotisations. Cette cotisation sera prise en compte sur votre appel de cotisations personnel, disponible sur votre compte Ma Cavec en ligne.

Si vous êtes salarié, l’employeur peut opter pour la cotisation facultative de conjoint, en classe C ou D. Il réglera cette cotisation au même moment que vos cotisations, tous les trimestres. Cette cotisation sera prise en compte sur le bordereau de cotisations trimestriel, disponible sur le compte Ma Cavec en ligne employeur.

Bon à savoir

Le conjoint survivant et le (ou les) conjoint(s) précédent(s) divorcés, non remariés peuvent bénéficier de la pension de réversion du régime complémentaire, au prorata de la durée de chaque mariage. Le mariage doit être contracté 2 ans au moins avant le jour de décès, sauf si un enfant est né du mariage. Le remariage entraîne la perte de la retraite complémentaire de réversion.